Histoire de Cliousclat

Histoire de Cliousclat

L’étymologie de Cliousclat viendrait de Clium, une colline et la terminaison usclatis qui vient de busclat qui en provençal signifie brûlé. Cette étymologie proviendrait d’un incendie qui aurait ravagé le village au cours du Moyen-âge.

 

La position élevée de Cliousclat s’explique par la nécessité de mieux se défendre. C’est à l’origine un site romain, puis un petit village fortifié médiéval édifié par les Adhémar de Monteil, composé d’un château, d’habitations et de son prieuré. Aujourd'hui il ne reste que quelques vestiges de ce château puisque la décision de le démolir a été prise le 23 juin 1883, pour cause de sécurité publique. Le prieuré a quant à lui été abandonné en 1266.

 


 

Tour à tour Cliousclat sera aux mains de l’Église et de nobles. Entre le 13ème et le 14ème, on pense que le village a été aussi pris par des brigands qui vont y régner pendant près de 40 ans. Ils rançonnent les voyageurs, mènent une vie scandaleuse et battent de la fausse monnaie.

 

Le village a souffert des épidémies de pestes et des guerres de religion, comme tous ceux de la vallée, Cliousclat était ainsi un village à majorité protestant. L’état démographique était lamentable. Heureusement, il existait une richesse insoupçonnée à Cliousclat permettant de redonner un souffle au village : l’argile permettant de fabriquer des poteries.

 

D’importants gisements d’argile entourent le village. L’argile y est depuis toujours abondant et d’excellente qualité. On pense que de tous temps les hommes ont dû l’exploiter et que dans les débuts les gens concevaient les poteries pour leurs propres besoins. La situation géographique du village a permis de développer et amplifier la commercialisation de la poterie de Cliousclat (proximité du grand axe Nord-sud).

 

Le milieu du 19ème sonne l'apogée de l’activité potière grâce notamment à l’arrivée du chemin de fer. La population connaît un accroissement considérable. Il existait plusieurs corps de métiers: les bouscatiers, les faiseurs de terre, les charois… L’activité potière de Cliousclat rayonnait donc dans toute la vallée. On peut alors imaginer ce petit village de 800 âmes comme une ruche où tous les villageois travaillent autour de la terre jour et nuit.

 

La poterie a d’abord été exclusivement utilitaire. Mais l’arrivée de nouveaux matériaux demandaient aux artisans potiers d’adapter sans cesse leur production. L’activité va peu à peu péricliter face à la concurrence avec d’autres matériaux mais aussi face à l’exode rural.

 

Mais en 1902, un novateur Marius Enjaleras construisit la Fabrique, la grande poterie de Cliousclat. Il eu l’idée de ne plus passer par plusieurs intermédiaires mais de réaliser toutes les étapes de fabrication sous le même toit, de la carrière d’argile à la commercialisation des poteries, passant d'une production individuelle à une production de série.

 

Nous vous invitons à découvrir le parcours historique qui vous fera connaître l'art de la poterie et la vie au village de Cliousclat.