Histoire de Livron-sur-Drôme

Un peu d'histoire... Livron, un village perché, gardien de la vallée

Perché au centre de la moyenne Vallée du Rhône et à la porte d’entrée de la Vallée de la Drôme, le site du Haut-Livron a toujours occupé une position stratégique de premier plan.

 

Ses armoiries symbolisent bien la valeur de ce site : Une tour et un verrou

 


 

 

L'origine de Livron est attestée dés 1113, mais un habitat livronnais existe dés la colonisation romaine et la Via Agrippa longe déjà le pied de la colline.

 

À partir du 12ème siècle, la population s'accroît rapidement et voit ses droits reconnus au début du 14ème siècle : les livronnais obtiennent une charte de leur évêque en 1304. Ce siècle allait être tragique : saccage du village lors des guerres entre les petits seigneurs voisins, population décimée par la peste, pillages et exactions des Routiers (soldats "démobilisés"). Livron se ramasse alors derrière une ceinture de murailles plus fortes, fixant les limites du "Bourg".

 

Au 16ème siècle, les doctrines protestantes ayant gagné le Dauphiné et le Vivarais, de terribles luttes religieuses font rage. lors de ces guerres de religion, Livron assiégée par les troupes de Henri III, repousse plusieurs fois les assauts de l'armée royale (1574 - 1575). Cet échec fait grand bruit et Livron, bastion protestant, devient célèbre. En représailles, Richelieu fait démolir les murailles de Livron en 1623. Seule subsistera la "Tour du Diable" à laquelle personne n'osera toucher...

 

La légende veut que : "Cette tour était habitée par des êtres surhumains qui se réservaient la garde de la forteresse. Lorsqu'on introduisait, le soir, un soldat pour faire le guet, au lever du jour, celui-ci était retrouvé endormi au pied de la tour et cependant les portes étaient closes. Il n'avait rien vu, rien entendu..."

 

Passée la gloire, les livronnais doivent se remettre à vivre dans une ville dévastée où d'autres malheurs viennent s'ajouter : encore la peste qui fait des coupes sombres dans la population, les difficultés agricoles du milieu du siècle, les continuels passages de troupes, et, à partir de 1685, les persécutions religieuses qui suivent la révocation de l'Edit de Nantes.

 

Le 18ème et 19ème siècle est une période pérenne. L'industrie de transformation de la soie est en plein essor : filatures, moulinage, tissages et élevage du vers à soie créent de nombreux emplois. Ces usines se servent de la force motrice de l’eau par l’utilisation d’un réseau de canaux qui sillonnent le secteur. Elles se situent dans la plaine de Livron.

 

 

Aujourd’hui, les industries, notamment filature et moulinage (concurrence soie asiatique, maladie et ouverture du canal de Suez) utilisant l’eau ont fermé. Mais Livron reste un lieu vivant. Notamment grâce à la N7 qui depuis des années fait de Livron un lieu de passage notamment pendant les vacances estivales et aussi grâce à sa richesse agricole (arbres fruitiers).