Les canaux

Les canaux livronnais

Les canaux permettaient, jadis, d’acheminer l’eau pour le fonctionnement des moulins à grain. Au 19ème siècle, l’ère industrielle modifie l’utilisation des canaux. Progressivement ils se bordent de petites filatures de soie, de scieries, de taillanderies (fabrique d’outils). Aujourd’hui la puissance électrique a remplacé la force hydraulique. Toutefois, les canaux drainent encore les eaux de pluie, facilitent l’arrosage des jardins riverains et donnent tout son charme au paysage.


À voir

Les roues à aubes et les lavoirs qui bordent les canaux. Les trois canaux principaux (canal des Grands Moulins, canal des 14 Pouces et celui de Bompart) et les anciennes filatures (mairie, usine Haupt-Pharma).

Télécharger le document du Circuit des canaux Livronnais.

 

La soie

Le 19ème siècle est l’âge d’or de la sériciculture. Dès le milieu du 18ème siècle de nombreuses filatures industrielles s’installent dans les vallées à proximité des rivières. Une importante ressource en eau s’avère indispensable pour le traitement des cocons, pour les roues à aubes puis, plus tard pour les machines à vapeur. Ces usines emploient une nombreuse main d’œuvre féminine. La chaleur et l’humidité dues à la vapeur et à l’eau chaude rendaient les conditions de travail rudes (l’eau était au moins à 70°). On peut admirer tout au long de la Vallée de la Drôme, de gigantesques bâtiments témoins de l’industrie de la soie.